Tête du Lac Autier

La Tête du Lac Autier, c'est l'imposant sommet que l'on aperçoit au loin, du Pont du Countet dans la Gordolasque. Et elle est bien plus facile à atteindre qu'il n'y paraît, par un itinéraire sauvage, avec un final à peine aérien.


Localisation : Gordolasque
Dénivelé : 1050 mètres sur 9 km
Départ : Pont du Countet

Tête du Lac Autier (avec la tache de neige) du Pont du Countet
Tête du Lac Autier (avec la tâche de neige) du Pont du Countet
Rencontre dans le Vallon de l'Autier
Rencontre dans le Vallon de l'Autier
Lac Autier
Lac Autier
Sous le Pas du Niré
Sous le Pas du Niré
Au centre, le petit lac dans le vallon
Au centre, le petit lac dans le vallon
Montée le long de la crête au-dessus du Pas du Niré
Montée le long de la crête au-dessus du Pas du Niré
Du petit col sur la crête, vers le sommet
Du petit col sur la crête, vers le sommet
Vue plongeante sur le Lac Niré
Vue plongeante sur le Lac Niré

Du Pont du Countet, rejoindre rapidement (il faudra bien moins que les 2h30 annoncés par les panneaux) le magnifique Lac Autier, presque toujours fréquenté par des chamois et des bouquetins. Du lac, l'on distingue un timide sentier qui part vers l'ouest, en direction de la combe qui sépare la Tête du Lac Autier de la Cime Niré.

La trajectoire idéale est celle indiquée sporadiquement par des cairns, qui contourne la Tête du Lac Autier au plus près, en profitant des zones herbeuses pour monter, et des éboulis pour traverser. Il n'y a qu'en début de saison, quand les névés bloquent le passage en dévers que l'on privilégiera une progression par le fond de la combe et le petit lac qui s'y trouve. A mi-juin 2017, plus aucun névé, c'était donc en faisant la chasse aux cairns que nous rapidement arrivés juste sous le Pas du Niré, plus à gauche que ne l'indique la carte IGN.

Au Pas du Niré, à 2.550 mètres, l'on découvre en bas à gauche le Refuge Victor de Cessole, en face la Cime du Gélas, la Malédie et le Mont Clapier, et sur notre droite la montée finale vers la Tête du Lac Autier.

L'ascension finale de 200 mètres de dénivelé est bien moins impressionnante qu'il n'y paraît. Monter en suivant le fil de la crête, qui proche du haut se rétrécit soudainement. Si l'on n'est pas à l'aise avec le vide, ne pas passer par la droite, mais se faufiler à gauche entre quelques gros blocs plus rassurants. Encore quelques dizaines de mètres, et l'on atteint un petit col sur la crête sommitale. L'objectif est maintenant visible à gauche, et atteint par une douce pente herbeuse.

De retour au Pas du Niré, se pencher un peu pour apercevoir le Lac Niré, qui reste partiellement couvert de glace jusque tard dans la saison. Il est tout à fait possible de le rejoindre, en zigzaguant pour trouver les passages les moins abrupts. Puis rejoindre le refuge et le Lac de la Fous, pour redescendre à la Gordolasque par le Mur des Italiens. Mais, là, toujours mi-juin 2017, les névés sont encore bien présents dans cette face plein nord, le retour se fera donc par le même chemin qu'à l'aller.



[Télécharger la trace GPX]

Autres idées de randonnées pas loin ...